25 septembre 2014

62 - Renforts martiniquais - Chasse au sanglier -

    La végétation reprenait le dessus malgré tout. Pendant une de nos périodes de repos au Bois de Verrières, nous avons eu un renfort de Martiniquais qui venaient combler les vides dans les compagnies. J'étais justement dans le bas d'un ravin près des cuisines roulantes lorsque ces pauvres bougres sont arrivés. En général ils étaient je crois tous de bons garçons, quelques uns étaient instruits. L'un d'eux un sergent, était ingénieur et directeur des tramways de Saint-Pierre. Il était très grand et très bon camarade.... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 septembre 2014

63 - Inspection du Général Maud'hui - Visite de mon beau-frère Pierre Macaire

   En quittant le réduit d'Avocourt au moment de m'engager dans le boyau conduisant vers l'arrière, la boue et l'eau atteignaient 35 à 40 centimètres, puis plus loin 75 centimètres.  Je devais pousser l'eau devant moi avec mon ventre ce qui n'était pas drôle du tout. Comme arrivé à cet endroit le jour se levait, il m'était impossible de monter sur le dessus de la tranchée pour continuer ma route. J'étais condamné à continuer mon métier d'égoutier peu agréable. Aussi une bonne demie-heure après en arrivant au camp,... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 octobre 2014

64 - Bataille de Verdun ( En route pour Verdun)

  Nous n'étions pas depuis 3 jours au repos à Charmontois-l'Abbé que nous recevons l'ordre de nous préparer à lever l'ancre. Nous venions de recevoir de nouveaux renforts de noirs, mais cette fois c'était des sénégalais, de grands types à fortes têtes. Ils ne faisaient pas très bon ménage avec les martiniquais, ceux-ci étant catholiques et les nouveaux venus mahométans, mais à l'arrière l'on ne s'était pas inquiété à tort de leurs opinions religieuses, ils n'avaient vu que la couleur de leur peau. Les martiniquais considéraient à... [Lire la suite]
11 octobre 2014

Exposition de 54 photographies de Jean Bousquet

Une exposition va avoir lieu à la Maison de la Vie Associative, 122 rue du Barbâtre à Reims dans le cadre des activités du Club Objectif Images 51 concue par Guy Bergé concernant 54 photographies de mon grand-père Jean Bousquet durant la guerre 14/18 du 5 au 21  Novembre 2014.  
Posté par rue fedor à 11:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 novembre 2014

65 - "Bataille de Verdun" : Villa Eugène - Vaux-Chapitre

  Deux ou trois jours après notre arrivée dans cette triste ville, que je connaissais déjà pour y avoir fini mon sevice militaire quatre ans auparavant, nous avons circulé un peu de tous les côtés. Le bureau du colonel était installé près de la cathédrale. Un jour que j'y étais allé,de grosses marmites tombaient dans ces parages. Les pompiers de Paris détachés dans cette ville avaient parfois fort à faire pour éviter aux incendies de prende de l'extension. Toute la journée ils étaient à l'oeuvre malgré les bombardements frequents... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 novembre 2014

66 -" Bataille de Verdun" : fort de souville - Ravin de la Mort

  Nous étions guidés heureusement par un habitué des lieux ; après plus d'une heure de marche nous arrivons sur une hauteur, où de grosses pierres faisaient ombre à chaque fusée. Dans ces blocs nous reconnaissions des vestiges d'ouvrages en béton armé, comme nous en avions vu près des forts de Moulinville et de l'ouvrage d'Eix. Nous arrivions au fort de Souville à ce que le guide nous apprit, car en fait de fort nous n'avons rien vu, juste des monticules du côté où il nous l'indiquait. En tout cas c'était la "croisée des chemins"... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 09:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 novembre 2014

67 - Bataille de Verdun : Vaux-Chapitre

   Nous ne pouvions pas abandonner une partie de notre colonne dans un tel cahot, dans un coin absolument inconnu des poilus et qui plus est, des plus mauvais comme nous avons pu nous en rendre compte par la suite. La colonne une fois reformée se remet en route, nous arrivons dans le bas de la vallée à l'entrée d'une carrière (carrière de Vaux-Chapitre) où nous allons rester 6 jours d'enfer. Les Compagnies vont se mettre en ligne. Là pas de tranchées organisées, ni même un semblant de tranchées, absolument que des trous... [Lire la suite]
03 décembre 2014

68 - "bataille de Verdun" - Vaux Chapitre suite -

 Dans notre entonnoir de pierres ils craquaient avec beaucoup de bruit, les éclats volaient en tous sens.   Du coin où je me tenais je dominais toute la position du Bataillon ainsi que le ravin de la Mort ; au petit jour je pouvais encore distinguer les traces de notre passage autour des trous d'obus , par le petit sentier de terre battue que nous avions fait. Peu après il n'y en avait plus trace, les obus phosphorescents laissaient des lueurs après leur éclatement, d'autres à gaz laissaient des vapeurs bleuâtres au dessus... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 15:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 décembre 2014

69 - "Bataille de Verdun" - Honte sur notre Commandant... 31 août 1916

  Nos approvisionneurs volontaires ont eu de la chance en allant la nuit aux vivres ; c'est surtout d'en revenir ! Aussi nous avons décidé les dernières nuits de nous passer de leurs services, ils risquaient vraiment trop en allant vers le Fort de Souville. Non seulement ils s'exposaient, mais les bidons l'étaient aussi!! Nous ne pensions pas à cela, mais nous leur avons dit pour les décider à rester avec nous. Notre cycliste a trouvé un truc pour nous approvisionner rapidement sans aller loin. Près de l'entrée de la... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 janvier 2015

70 - Vaux-Chapitre - 1er septembre 1916

  Le lendemain au grand jour, nous voyons arriver depuis les lignes, debout, un poilu...il courait, s'arrêtait, repartait au plus vite, tombait, se relevait. C'est tout juste si de notre hauteur nous ne disions pas : "arrivera, n'arrivera pas". Les boches tiraient sur lui d'abord à balles, puis l'artillerie s'en mêla. Voilà notre bonhomme qui arrive en bas de notre carrière, nous le perdons de vue un instant et il arrive en rampant. Il remet le pli dont il était porteur au commandant et tombe de tout son long. Enfin il prend la... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 14:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,