13 janvier 2015

70 - Vaux-Chapitre - 1er septembre 1916

  Le lendemain au grand jour, nous voyons arriver depuis les lignes, debout, un poilu...il courait, s'arrêtait, repartait au plus vite, tombait, se relevait. C'est tout juste si de notre hauteur nous ne disions pas : "arrivera, n'arrivera pas". Les boches tiraient sur lui d'abord à balles, puis l'artillerie s'en mêla. Voilà notre bonhomme qui arrive en bas de notre carrière, nous le perdons de vue un instant et il arrive en rampant. Il remet le pli dont il était porteur au commandant et tombe de tout son long. Enfin il prend la... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 14:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 janvier 2015

71 - Vaux-Chapitre - 2 ou 3 septembre 1916 - De spectateur, je deviens combattant....

  Peu après nous pouvions constater que personne ne bougeait plus dans ce trou d'obus. Les trois occupants étaient morts sans que personne ne puisse leur porter secours, les obus continuaient de pleuvoir.  Un adjudant de la 21° arrive à la fin du jour, c'est un grand et fort gaillard dont le nom m'échappe, il me demande en me tendant son paquet de tabac que je lui fasse une cigarette. Je lui demande de s'adresser à un de mes voisins, ne sachant pas les faire. Comme je lui demande pourquoi il ne la fait pas lui même il... [Lire la suite]
17 janvier 2015

72 - Vaux-Chapitre - L'attaque du 3 septembre

  En fin de journée un avion français, un biplan qui devait surveiller le tir de nos pièces est entouré d'éclatements d'obus boches. Il survole nos lignes, puis descend à une centaine de mètres, nous le croyons perdu. Les éclatements se font de plus en plus pressants autour de lui, nous pouvons apercevoir le pilote qui nous fait des signes de la main, les boches venaient d'être repérés par lui dans leur avace. Il nous était impossible de nous tenir en liaison avec l'arrière que la nuit, nos deux pigeons seul moyen de... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 janvier 2015

73 - Suite de l'attaque du 3 septembre 1916

  Les boches sont placés sur un rang et un officier interprète leur pose quelques questions et leur demande de montrer ce qu'ils ont dans leurs poches. L'officier boche sort un étui à cigarettes en argent (ou me semblant tel, il est garni. Je pensais qu'on allait le lui laisser, mais l'officier français le garde pour lui et offre une cigarette au boche - qui refuse (je comprends cela)j'étais scandalisé. Je suis prié de passer dans une autre pièce où le Capitaine Radziwill de notre division  me pose quelques questions. Je le... [Lire la suite]
21 janvier 2015

74 - 4 septembre 1916

  De notre emplacement, mes compagnons avaient pu voir dès le lever du jour, des têtes de tirailleurs émerger de tous les trous d'obus . Mieux que cela ils sautaient d'un trou dans l'autre ; soit pour se communiquer des ordres, soit pour mieux se répartir, puis à un coup de sifflet tous s'élancent en avant, lançant devant eux des grenades. Les mitrailleuses boches ouvrent le feu, les grenades éclatent au moment où les noirs arrivent dans les trous où elles viennent d'être jetées, faisant des victimes. Le tir prend rapidement de... [Lire la suite]
23 janvier 2015

75 - Repos à Belleray et bois de Lempire

  Nous venions de perdre beaucoup d'amis dans cette semaine du 29 août au 3 septembre passée au Bois de vaux-Chapitre. pour ce qui est de la liaison, nous venions de perdre une doublure, car pour la circonstance les compagnies avaient deux agents de liaison ; celui tué en allant au poste de Colonel (Camps) Nous venions aussi d'y laisser notre cycliste (Rougeon), mais lui avait été raflé par les boches ; bien entendu il était monté aux lignes comme les camarades en laissant sa bicyclette à l'arrière où se trouvait le train de... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 janvier 2015

76 - Repos aux environs de Revigny

 En quittant le Bois Lempire, nous allons au repos pour quelques jours aux environs de Revigny. J'en profite pour aller visiter les ruines de Sermaize où les maisons ont fait place à des trous, dans le fond desquels l'on voit les poutres de fer enchevetrées et dans un autre un coffre fort intact.   Verdun 1916. Lempire un groupe de boches.   L'Etat-major de la division est située dans un village voisin du nôtre. Je sais que j'étais proposé pour une citation de Division mais le nombre étant... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 janvier 2015

77 - Retour en Lorraine

  De retour en Lorraine, le Colonel avait fait passer à la décision du régiment l'avis officiel de la suppression des agents de liaison de Cavalerie détachés auprès des chefs de Bataillon d'Infanterie.  J'ai justement ce jour là l'occasion de rencontrer le Colonel. Je lui demande s'il ne serait pas possible que je reste au régiment en passant à la Compagnie de mitrailleuse où il n'y a plus de Maréchal des Logis. Il me demande de venir le voir le lendemain avec Carné. Comme Carné semblait lui aussi postuler pour cet emploi,... [Lire la suite]