03 mai 2014

49 - Verdun rive droite - EIX suite.... et repos sur les péniches...

     Nous entendions le roulement des obus, des éclatements proches secouaient tout. Les plus gros éclairaient notre abri en éclatant. La toile de tente de notre porte se soulevait à chaque explosion. Des mottes de terre et de pierres venaient s'y heurter ; enfin le tir devint plus fort ; le jeu de cartes est momentanément suspendu, plus moyen de s'y entendre. Nous sommes obligés de nous écarter de l'entrée. La toile de tente n'existe plus, les flammes entrent, nous ne sommes pas fiers et moi encore moins. Je ne... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 mai 2014

51 - Mon frère Jacques Bousquet 1891 - 1916

  Bien que né en avril 1891 et que j'avais 15 mois de plus que lui, nous passions souvent pour des jumeaux, jusqu'au jour où il est devenu plus grand que moi et plus développé.  Depuis longtemps avant la guerre il faisait du sport. Entre autre du foot-ball où il était bien côté comme joueur, adroit et vif.   Jacques au 3e étage de la Tour Eiffel (Il a une vingtaine d'années)  Quand la guerre éclata il était en garnison à l'Ecole Militaire et devait être libéré deux mois après. Quand je suis parti le 1er... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 17:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 mai 2014

52 - Copie d'une lettre adressée à mes parents par ma soeur partie en Lorraine à la recherche de la tombe de mon frère Jacques.

                                                                          SCHIRMECK, 22 janvier 1919   Mon cher Papa et ma chère Maman, Nous sommes arrivés ici... [Lire la suite]
Posté par rue fedor à 09:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
30 mai 2014

53 - Photos de Jacques....

Posté par rue fedor à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2014

54 - Bataille de Verdun - Départ pour AVOCOURT

Le 1er Juillet nous relevons au réduit d'Avocourt le 234° régiment d'Infanterie (de notre Division). 24 Juin 1916 . La halte au cours de notre déplacement pour aller dans le secteur du réduit d'Avocourt. En pleine nuit après avoir parcouru un bois à l'extrémité duquel nous cantonnions dans la boue, nous pataugeons dans les ornières sans nombre, il faut contourner de gros trous d'obus plein d'eau. Souvent courber l'échine quand une marmite passait en sifflant au dessus de notre groupe. Il y avait un petit temps d'arrêt pour... [Lire la suite]