Champenoux - Erbéviller - Réméréville.

  Un peu de tous les côtés dans le secteur de Lorraine, soit à la sortie de Champenoux, soit aux environs d'Hoéville, de Réméréville ou de la Ferme Saint-Jean, il y avait par-ci, par-là des faux canons.

1915 030

1915 033

  Les uns "en position de tir", les autres au contraire semblant être des pièces au repos sous des arbres ou des camouflages.

 Parfois même, une nuit, une vraie batterie de 75 prenait position près de ces pièces et faisait un tir rapide puis allait ailleurs. Peu après ou le lendemain les boches ripostaient.

 Par la suite leurs avions n'étaient plus dupes. Les tirs restaient sans réponse et les fausses pièces ne servaient plus à rien sauf quelquefois a être remplacées par des vrais canons. Seulement les allées et venues des artilleurs aussi bien cachés qu'ils soient, laissaient des traces et des sentiers dans les terrains. Ils devaient se creuser des abris et aussi renouveller les branchages sur les pièces. Nous vîmes souvent certains jours des petits boqueteaux nouveaux poussés au cours d'une nuit pour camoufler une nouvelle batterie. Les sapins des bois environnants s'y prétaient à merveille.

Séance de vaccination contre la "Thyphoïde"

  A plusieurs reprises au cours de la guerre nous avons été vaccinnés et pas toujours dans des conditions excellentes. la première fois, ce fut en plein hiver à la Neuvelotte, les hommes couchaient dans de vastes granges en plein courant d'air et beaucoup furent malades, fiévreux, patraques. Nous en avons subit d'autres environ tous les ans.

1915 031

Lorraine 1915 - Premiers vaccins anti-thyphoïques.